Actualités Sécu

#ActuSécu

Revenu de base, revenu universel : les clés pour comprendre le débat

Ces dernières années, le revenu de base est revenu régulièrement dans l’actualité avec, notamment dernièrement, la proposition d’instaurer un “revenu universel d’activité” suite aux annonces du plan pauvreté. Vous en avez donc sans doute entendu parler et vous vous demandez ce qu’est le revenu universel ? Sécu jeunes vous aide à comprendre le débat avec un petit décryptage.

 

Déja, le revenu de base, qu’est-ce que ce serait ?

Mettre en place un revenu de base reviendrait à accorder tous les mois à chaque citoyen  une somme d’argent qui constituerait un socle de protection minimal.  Ce revenu serait versé inconditionnellement. C’est-à-dire qu’il n’y aurait pas d’exigence à remplir pour le percevoir. De plus, ce revenu serait universel et individuel. Cela signifie que chaque individu pourrait le percevoir, indépendamment de sa situation familiale.

Le revenu universel d’activité annoncé par Emmanuel Macron dans le cadre du “plan pauvreté” diffère du revenu de base tel que présenté ci-dessus. En effet, si le versement de ce revenu universel d’activitése ferait bien de manière automatique dès lors que les ressources des personnes passeraient sous un certain seuil, ce versement ne serait pas inconditionnel. Le versement de ce revenu s’accompagnerait en effet de certains devoirs à respecter. Parmi ces devoirs, on peut citer l’obligation de s’inscrire dans un parcours d’insertion.

D’où vient l’idée de revenu de base ou de revenu universel ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le revenu universel n’est pas une idée récente. Thomas More dans sa célèbre Utopie parue en 1516 mettait déjà en avant l’idée d’une allocation universelle. Au cours de la 2nde moitié du 20ème siècle, l’idée d’un revenu universel a pu être défendue par des économistes comme Milton Friedman ou encore James Tobin.

Le revenu de base a-t-il déjà été mis en place par un pays ?

La réponse est non. Si la Finlande a beaucoup fait parler d’elle, il convient de rappeler que l’expérience finlandaise consiste en réalité en une expérimentation.

Quelques éléments factuels sur l’expérimentation finlandaise :

La Finlande a lancé en janvier 2017 une expérimentation du revenu de base sur une période de deux ans. Cette expérimentation a consisté dans le versement chaque mois de la somme de 560€ à 2000 chômeurs âgés de 25 à 28 ans tirés au sort. Les personnes tirées au sort continuent à percevoir cette somme même si elles ont retrouvé un emploi.

Pourquoi la question de la mise en place d’un revenu de base revient-elle régulièrement dans le débat public ?

Le revenu de base représente un dispositif fiable, simple et accessible de garantie de ressources. Son instauration revient donc régulièrement au sein du débat dans de nombreux pays, même ceux qui se caractérisent depuis longtemps par une protection sociale forte. Ce regain d’intérêt peut peut-être s’expliquer par les évolutions économiques, le développement des formes atypiques d’emploi et le creusement des inégalités. L’augmentation de l’alternance entre chômage et emploi pour certaines catégories de la population peut aussi expliquer le regain d’intérêt pour le revenu de base. Dans des systèmes où la protection sociale est fondée sur le statut de travailleur, cela permet de gommer un tant soit peu les effets des causes énoncées ci-dessus.

Quels sont les arguments avancés pour et contre l’instauration d’un revenu de base ?

revenu universelLa mise en place d’un revenu de base permettrait d’améliorer la situation des plus pauvres mais aussi celle des chômeurs à bas revenus. Sa mise en place pourrait cependant se faire au détriment de la suppression de prestations sociales existantes. Cette suppression pourrait permettre une simplification mais il se pourrait aussi que ces prestations sociales soient parfois plus avantageuses. Selon le montant auquel serait fixé le revenu de base, cette suppression pourrait être avantageuse ou désavantageuse pour les personnes qui perçoivent les minima sociaux. Cette simplification permettrait toutefois de lutter contre le non-recours aux prestations sociales. Cela permettrait de réduire la pauvreté.

La proposition de revenu universel d’activité mise en avant par Emmanuel Macron dans le cadre du plan Pauvreté s’apparente à une fusion de différentes aides existantes et une concertation devrait s’engager sur les aides fusionnées.

Pour certains, la mise en place d’un revenu de base permettrait de favoriser le choix entre activité et inactivité. D’autres observateurs avancent cependant que la mise en place de ce revenu sans mécanisme incitatif de recherche d’un travail favoriserait l’inactivité.

Le revenu universel d’activité annoncé par l’exécutif ne se place pas dans cette logique de choix entre activité et inactivité. En effet, le versement de ce revenu universel d’activité devrait s’accompagner d’une obligation pour les bénéficiaires de s’inscrire dans un parcours d’insertion.

Les différents arguments avancés pour et contre l’instauration d’un revenu de base influe également sur la question de son montant. Pour certains, un montant trop faible serait désavantageux pour les bénéficiaires sans autres revenus. Ce, surtout s’il s’accompagnait de la suppression d’autres aides ciblées en fonction des besoins. Instaurer un revenu de base avec un montant élevé permettrait pour certains d’instaurer un choix louable entre activité et non-activité. Pour d’autres, ce montant élevé reviendrait à encourager l’oisiveté. En effet, cela n’encouragerait pas la responsabilisation des assurés dans une recherche d’activité.

Comment financer le revenu de base ?

Plusieurs pistes ont été proposées pour le financement d’un éventuel revenu de base :

  • Financer ce revenu de base à l’aide d’une base sur les transactions financières
  • Financer ce revenu grâce à la mise en place d’une taxation écologique
  • Le financer  par des ressources aujourd’hui allouées à des prestations qui seraient supprimées à la faveur de l’instauration de ce revenu de base
  • Financer ce revenu par des ressources fiscales avec une augmentation des impôts

Pour aller plus loin, voici deux articles du Monde qui peuvent vous intéresser : ici et