Le concours

Zoom sur la 4ème édition

 

Cette rubrique recense les informations essentielles de la quatrième édition du concours « Jeunes, solidaire et citoyens »

Le règlement intérieur du concours précise toutes les modalités du concours.
> Consulter

Quel est l’esprit général de cette quatrième édition ?

L’édition 2021/2022 propose d’exploiter la thématique de la protection sociale à travers une liste de 4 thèmes au choix à partir desquels les candidats devront réaliser une production. 

Un lauréat par catégorie de participation, quel que soit le thème de travail sélectionné, sera récompensé à l’issue de la phase de travail.

Qui peut participer  ?

Le concours est ouvert à toutes les classes des établissements d’enseignement du 2nd degré, publics et privés sous contrat, dénommés ci-dessous :

  • les lycées d’enseignement général et technologique ;
  • les lycées professionnels ;
  • les établissements régionaux d’enseignement adapté ;

Les établissements d’enseignement agricole et les établissements français à l’étranger peuvent également participer.

Le concours est également ouvert aux établissements de l’enseignement supérieur.

Il présente toutefois un intérêt particulier pour les sections suivantes :

Voie générale : Classes de 1re et de Terminale spécialités :

  • Sciences, économiques et sociales,
  • Histoire géographie, géopolitique et sciences politiques.
  • Education Physique Pratiques et Cultures sportives (EPPS)

Voie technologique : Classes de 1re et de Terminale ST2S (Sciences et Technologies de la Santé et du Social) et STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion)

Voie professionnelle : Classes de 1ère et Terminale SPVL (Service de Proximité et Vie locale), ASSP (Accompagnement, Soins et Services à la Personne), et AEPA (Animation, Enfance et Personnes âgées)

Programme Prévention Santé Environnement (PSE) pour les CAP et Baccalauréats professionnels

Voie post-baccalauréat : Classes de BTS, particulièrement les filières « Services et prestations du secteur sanitaire et social » (SP3S), « Économie sociale et familiale » (ESF) et Diplôme d’Etat Conseiller en Économie Sociale Familiale (CESF)

Quels sont les thèmes de travail 2021-2022 ?

Pour chacun des thèmes du concours, les formats des productions sont laissés libres et à la discrétion des professeurs et des élèves. Toutefois, la valorisation et la mise en œuvre de projets ou de productions qui ne seraient pas finalisés est plus difficile a posteriori.

Thème 1 : Quelles leçons tirer de la crise sanitaire sur le plan de l’éthique ?

La pandémie liée à la Covid-19 a provoqué, à compter du 16 mars 2020 en France, une situation inédite avec, notamment, un ralentissement de l’économie et des restrictions aux libertés publiques. La pandémie interroge ainsi la valeur accordée à la vie, les tensions entre responsabilité individuelle et responsabilité collective. Elle questionne aussi la nécessité et la justification de ces restrictions apportées aux libertés publiques.

L’activité économique est porteuse de création de richesses mais aussi génératrices de lien social. Son ralentissement a eu des conséquences délétères en termes de pauvreté, de chômage, d’isolement… cette nécessité n’est-elle pas questionnable ? De fait, la crise a interrogé les valeurs de chacun et de la collectivité :

  • Quelles sont les limites aux restrictions des libertés individuelles ?
  • Peut-on « sauver » des vies au prix de l’oubli du respect de la vie humaine – notamment des personnes âgées –, du respect dû aux mourants et aux morts ?
  • Que peut-on sacrifier pour protéger la vie de l’autre ?

L’ensemble de ces questions peuvent créer des « tensions » entre les préoccupations individuelles et la responsabilité collective, entre les préoccupations de chacun et la nécessité de construire une société qui accepte le risque. Dans quelle mesure toutes les réponses à une crise peuvent-elles être « acceptables » ?

Au final, quelle valeur sommes-nous prêts collectivement à accorder à la vie ? Peut-on y répondre sans permettre aux personnes – notamment les plus âgées – de ne pas décider par elle-même de « leur » vie ?

Les élèves sont invités à proposer les bases d’une réflexion sur la valeur de la vie, la tension et conciliation entre aspirations individuelles et responsabilité collective et les restrictions aux libertés publiques qu’elle implique. Ils pourront restituer le fruit de leur réflexion sous la forme d’un discours ou d’un plaidoyer recouvrant différents arguments. La forme de la production est laissée libre sous réserve du respect des exigences en termes de durée et de taille des productions précisées dans le règlement intérieur.

Ils s’appuieront dans leur réflexion sur des extraits d’une réponse du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) en réponse à une saisine du Conseil scientifique Covid-19 du 4 mai 2020. 

> Télécharger les extraits

Thème 2 : Assurance maladie : les voies de l’autonomie

A 16 ans, chaque jeune reçoit sa carte Vitale qui lui est propre. Elle lui permet de s’autonomiser de ses parents dans ses démarches vis-à-vis de l’Assurance maladie. Cela lui permet de gagner en autonomie dans ses démarches avec la possibilité de se rendre seul chez un médecin ou en pharmacie.

A 18 ans, il devient assuré autonome en matière d’Assurance maladie. Cela signifie qu’il dispose de droits qui lui sont propres et non plus dérivés de ceux de ses parents. Ses éventuels soins lui seront ainsi remboursés directement et il lui incombe de devenir acteur de ses démarches en santé et vis-à-vis de l’Assurance maladie.

Les jeunes sont-ils conscients que ces transitions vers l’âge adulte emportent des changements en matière de Sécurité sociale, plus spécifiquement en matière d’Assurance maladie ? Ont-ils connaissance de l’ensemble des démarches à effectuer pour accéder à l’ensemble de leurs droits ?

Au-delà de la réponse à ces questions, les élèves sont invités à imaginer une campagne de communication, intégrant des messages et des visuels, incitant les jeunes à être acteurs dans leurs démarches vis-à-vis de l’Assurance maladie et plus largement de la protection sociale.

Thème 3 : Comment lutter contre l’isolement de notre génération ?

La crise sanitaire a mis en exergue les difficultés de la jeunesse. Au-delà de la précarité des jeunes mise en exergue par les difficultés à intégrer le marché du travail, à trouver des stages, apprentissages… la crise semble avoir un effet global accentuant l’isolement des jeunes.

Enseignement à distance, difficulté à trouver une activité, déficit de lien social… Ces derniers mois, de nombreux témoignages de jeunes souffrant de leur isolement ont ainsi été mis en avant. Des solutions de prévention et d’accompagnement de diverses natures (soutien psychologique, aides financières, etc.) ont pu être mises en place pour lutter contre ce phénomène. Les établissements d’enseignement cherchent à préserver la possibilité donnée aux jeunes de bénéficier de cours en présentiel, en fonction des consignes sanitaires. Le gouvernement a également cherché à favoriser les premières embauches et l’apprentissage.

Au-delà des dispositifs initiés par les pouvoirs publics, les élèves sont invités à inventer et initier des actions et solutions concrètes pour lutter contre l’isolement des jeunes. Celles-ci pourront, notamment, relever de démarches intergénérationnelles, être menées à l’échelle d’un quartier, être physiques ou numériques… Les jurys seront particulièrement attentifs au caractère éprouvé et opérationnel (ou à défaut réalisable) des projets proposés.

Thème 4: Les jeunes, actifs et sportifs ?

Selon l’OMS, les jeunes doivent pratiquer au moins 60 minutes par jour une activité physique d’intensité modérée à soutenue. Le fait de pratiquer une activité physique est réellement bénéfique en termes de santé.

Elle permet en effet de développer et de maintenir un appareil locomoteur et cardiovasculaire sain ainsi qu’une bonne conscience neuromusculaire. Elle permet également de garder un poids approprié et de surmonter l’anxiété et la dépression. L’activité physique peut également contribuer au développement social des jeunes, à l’adoption de comportements sains (évitement du tabac ou de l’alcool) et à une meilleure réussite scolaire.

Les autorités sanitaires françaises s’inquiètent aujourd’hui d’une trop grande sédentarité des enfants et des jeunes. Le temps d’écran de nombreux jeunes est très élevé avec une activité physique journalière minime. Selon une étude de l’Anses réalisée en 2020, 66 % des jeunes de 11 à 17 ans présentent un risque sanitaire préoccupant, ils passent plus de 2 heures de temps écran et font moins de 60 minutes d’activité physique par jour ; 49 % présentent un risque sanitaire très élevé avec plus de 4h30 de temps écran journalier et/ou moins de 20 minutes d’activité physique par jour. Parmi eux, 17 % sont même particulièrement exposés, cumulant des niveaux très élevés de sédentarité (plus de 4h30 d’écran par jour) et d’inactivité physique (moins de 20 minutes par jour). Le niveau de sédentarité est plus élevé encore chez les 15-17 ans et chez les jeunes issus des milieux les moins favorisés.

Les élèves sont invités à proposer des actions permettant d’améliorer le temps journalier consacré à une activité physique chez les jeunes et à réduire le temps passé devant leurs écrans ou les utiliser différemment (smartphones, ordinateurs, tablettes…), de manière à répondre à ce sujet de santé publique et à une perception souvent négative des adultes sur les centres d’intérêt numériques des jeunes.

Quelles sont les réalisations attendues ?

Chaque thème de travail donne lieu à:

  • la rédaction d’une fiche de présentation.
  • la conception d’une production.

Le format de cette production devra respecter un certain nombre de conditions détaillées dans le règlement intérieur du concours.

Quelles sont les modalités d’organisation dans les classes ?

Au sein d’une même classe, les enseignants peuvent constituer jusqu’à 4 groupes d’élèves qui travaillent sur le même thème ou sur des thèmes différents.

Quel appui pour les classes participantes ?

Le cadre d’organisation du concours prévoit la mise à disposition d’un ensemble de ressources pédagogiques sur chaque thème du concours. Ces ressources pourront revêtir différents formats (vidéos, articles de presse, fiches, dossiers documentaires etc.) et auront vocation à alimenter les connaissances et la réflexion des candidats sur les thèmes du concours.

Ces ressources seront mises en ligne dans la rubrique dédiée le lundi 20 septembre, date d’ouverture du serveur des inscriptions.

Qui évalue les réalisations des candidats et comment sont désignés les lauréats?

Tout dépôt de réalisations par les candidats dans le cadre du concours sera obligatoirement soumis à évaluation d’un système de jurys. Celui-ci reposera sur deux niveaux, régional et national, et sera composé de représentants qualifiés de l’univers de la protection sociale et de l’Education Nationale.

L’évaluation par le jury régional servira à établir un classement par région. A la suite de ces jurys régionaux, une commission d’harmonisation se réunira pour sélectionner les 25 à 30 meilleures productions qui seront remontées au jury national, sur la base des évaluations transmises par les jurys régionaux.

Le jury national distinguera, parmi ces 25 à 30 meilleures productions, un lauréat national par catégorie de participation (catégorie voie professionnelle, catégorie voie technologique, catégorie voie générale, catégorie post-baccalauréat), quel que soit le thème de travail.

Le jury national pourra également décerner, en fonction de la qualité et de l’originalité des productions qui lui seront soumises, des prix spéciaux.

Comment seront récompensés les lauréats ?

Les prix nationaux seront remis à Paris, en mai 2022, lors d’une cérémonie dont le lieu reste à confirmer.

Ils consisteront en:

  • la remise d’un trophée collectif au groupe d’élèves lauréats,
  • sous réserve du contexte sanitaire, la venue sur Paris avec la visite d’une Institution de la République.

Au cours de la cérémonie, les candidats lauréats seront conviés à présenter leur projet en 180 secondes.

Modalités de participation et calendrier

De juin au 20 septembre 2021 : Possibilité de renseigner ses coordonnées au sein du formulaire d’intérêt au concours pour être informé de l’ouverture du serveur des inscriptions le 20 septembre.

Du 20 septembre au 8 octobre (15h) :  Phase d’inscriptions

8 octobre (15h) : clôture des inscriptions

Du 20 septembre au 2 février 2022 (15h) : Travaux des classes

2 février 2022 : Date limite de dépôt des réalisations (sauf pour Mayotte et la Réunion)

Mars 2022 : Délibérations des jurys régionaux et de la commission d’harmonisation

Mars/Avril 2022 : Jury national

Mai 2022 : Cérémonie et remise des prix

Qui joindre en cas de questions ?

En cas de questions sur le projet ou pour tout problème technique, nous vous remercions d’adresser un mail à l’adresse suivante: concours@secu-jeunes.fr