Mes études & moi

J’arrive en France pour mes études : quelle Sécurité sociale pour moi ?

Tu viens étudier en France ? Tu comptes travailler pendant tes études ? Tu te demandes donc comment la Sécurité sociale française te protège ? Sécu-jeunes t’explique tout ce dont tu as besoin de savoir !

J’adopte les bons réflexes pour ma santé !

1. Je m’inscris sur le site etudiant-etranger.ameli.fr pour avoir mon numéro de sécurité sociale !

A noter :  si tu viens d’un pays de l’Union européenne (UE), de l’Espace économique européen (EEE) ou de la Suisse, tu peux demander à l’organisme de protection sociale de ton pays d’origine une carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Dès lors qu’elle est valable au moins jusqu’à la fin de l’année universitaire, cet organisme continue de prendre en charge tes remboursements. Tu n’as pas à t’inscrire sur le site etudiant-etranger.ameli.fr.

En provenance d’un pays hors UE-EEE-Suisse, il faut t’inscrire sur le site etudiant-etranger.ameli.fr de l’Assurance maladie. C’est ici que tu dois faire ta demande d’affiliation à la Sécurité sociale française. Renseignes-y les informations obligatoires et dépose les pièces justificatives qui te sont demandées.

Un numéro de sécurité sociale provisoire te sera attribué automatiquement sur le site.

Ensuite, il est essentiel de réaliser les démarches suivantes :

  • Télécharge ton attestation provisoire depuis ton espace personnel sur le site etudiant-etranger.ameli.fr. Si tu n’as pas pu t’inscrire en ligne, tu peux appeler le 36 46 : un téléconseiller te répondra (en anglais).
  • Une fois la certification de ton numéro de sécurité sociale, tu peux télécharger ton attestation définitive d’affiliation à la Sécurité sociale (toujours depuis ton espace personnel).

2. Je demande ma carte Vitale pour le remboursement de mes soins !

Il s’agit dune carte verte personnelle qui contient tous les renseignements administratifs nécessaires à la prise en charge de tes soins. Valable partout en France, elle t’accompagnera tout au long de ton séjour :

  • chez le médecin,
  • à l’hôpital,
  • dans un centre de santé,
  • chez le pharmacien…

3. J’ouvre mon compte Ameli !

Avec ton compte Ameli, tu pourras consulter tes remboursements, mettre à jour tes informations personnelles, télécharger tes attestations et commander ta carte Vitale.

Tu y trouveras également tous les tarifs, horaires, spécialités et localisations des médecins et établissements de santé. Recherche facilement les médecins les plus près de chez toi !

4. Je déclare mon médecin traitant !

Le médecin traitant, c’est le médecin auquel tu t’adresses en premier, celui qui coordonne ton dossier médical (résultats d’examens, diagnostics, traitements…). Il est le mieux placé pour assurer ton suivi et te conseiller. C’est lui qui va t’orienter dans le système de santé (spécialistes, médecins hospitaliers…). Vérifie bien qu’il s’agit d’un médecin « secteur 1 ».

A noter : chez un médecin généraliste « secteur 1 », le tarif de la consultation est de 26,50€. En consultant d’abord ton médecin traitant, tu es dans ce que l’on appelle « le parcours de soins coordonnés ». Dans ce cas-là, l’Assurance maladie prend en charge ta consultation à hauteur de 70%, alors que si tu consultes un autre médecin, elle ne rembourse que 30% du tarif de consultation.

Cependant, il n’est pas toujours facile de trouver un médecin traitant. En cas de difficultés, nous te conseillons de te rapprocher de ta caisse d’Assurance maladie (Cpam) ou des organisations coordonnées de santé de ton département de résidence.

Pour en savoir plus, rends toi sur l’article dédié de Sécu-jeunes !

Le sais-tu ?

Une participation forfaitaire de 2 € est demandée à toute personne à partir de 18 ans, lors d’une consultation chez le médecin par exemple. Une franchise médicale de 1 € s’applique également sur les boîtes de médicaments, les actes paramédicaux (soins infirmiers, kiné, …) et les transports sanitaires.

5. L’Assurance maladie ne rembourse pas tout : j’adhère à une complémentaire santé !

Le taux de remboursement de l’Assurance maladie varie en fonction des actes et des médicaments, de ta situation, et du respect ou non du parcours de soins coordonnés. Un montant reste à ta charge : il s’agit de la partie des dépenses de santé qui, comme son nom l’indique, reste à ta charge après le remboursement de l’Assurance maladie.

C’est pour cela qu’il est important que tu aies une complémentaire santé (mutuelle…). Elle peut payer, en partie ou en totalité, ce montant qui restera à ta charge.

La prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie n’est possible que dans certaines situations et notamment pour les personnes en affection de longue durée (ALD), pour les soins directement liés.

Faibles revenus ou difficultés pour payer mon loyer : quelles aides de la Sécurité sociale ?

Un étudiant étranger en France peut, comme les étudiants Français, percevoir certaines prestations comme l’aide personnalisé au logement (APL) et la prime d’activité (PA).

Pour rappel, un étudiant en provenance d’un pays hors de l’Union européenne (UE) doit disposer d’un titre de séjour « étudiant » pour travailler en France.  La loi française autorise les étudiants étrangers à travailler, à titre accessoire, 964 heures dans l’année. Il y a tout de même une exception : si tu es en contrat d’apprentissage ou en contrat de professionnalisation notamment, tu peux travailler au-delà de 964 heures par an.

Bon à savoir : il est aussi possible de travailler au sein de ton établissement/université (ex : accueil des étudiants à la rentrée, accompagnement des étudiants en situation de handicap…).

1. L’Aide personnalisée au logement (APL) :

Pour bénéficier de l’aide au logement, assure-toi de remplir les conditions suivantes :

  • Tu as un titre de séjour en cours de validité,
  • Tu es inscrit au régime obligatoire de Sécurité sociale étudiante,
  • Tu es titulaire d’un compte bancaire en France,
  • Tu disposes de ressources (salaire, bourse…) inférieures à certains plafonds.

Tu peux faire ta demande sur le site de la caisse d’allocations familiales (Caf). Et même faire une simulation du montant de ton aide au logement.

Ça marche aussi en cas de colocation ! Le montant du loyer pris en considération pour le calcul de l’aide est alors divisé en fonction du nombre de colocataires. Chaque colocataire doit faire sa propre demande d’aide au logement.

2. La prime d’activité (PA) :

La prime d’activité est un soutien au pouvoir d’achat des travailleurs ayant des faibles revenus. Les étudiants étrangers salariés, mais également les apprentis et les stagiaires, peuvent bénéficier de la prime d’activité sous certaines conditions :

  • Avoir au moins 18 ans,
  • Exercer une activité professionnelle (salariée ou non),
  • Percevoir un revenu net supérieur à 1 070,78 € par mois.

De plus, pour les étudiants étrangers, des conditions de séjour s’imposent :

  • Les étudiants européens doivent bénéficier d’un séjour de longue durée, et résider en France depuis 3 mois (au minimum) lors de leur demande de Prime d’activité,
  • Les étudiants en provenance d’autres pays doivent obligatoirement être titulaire d’un titre de séjour depuis 5 ans (au minimum).

Pour en bénéficier, tu dois effectuer une démarche en ligne sur le site de la Caf.